Full Dome Demo Reel : l’occasion de revenir un peu sur nos films immersifs

D’abord un petit trailer 360 degrés de nos productions full dôme, rien que pour vos yeux.

Réaliser des films pour les planétariums, nous aimons cela, nous en sommes fiers et nous tenions à partager cette fierté dans un trailer.

Il faut dire aussi que nos films convoquent toutes nos compétences. En un sens, tout 3D émotion peut être résumé dans ces réalisations : notre amour pour l’animation 3D, notre curiosité pour les sujets scientifiques, ainsi que notre inclination pour les techniques de diffusion originales.

De la réalité virtuelle avant l’heure

D’abord, nous avons été les premiers en France à réaliser des films immersifs full dôme en relief. Ce qui veut dire du relief partout où l’œil se pose, et cela dans un format 360 degrés. En 2010, à la sortie de notre film Planètes, c’était une chose difficilement faisable et jamais faite jusqu’alors.

Depuis, les éditeurs ont eu le temps de proposer des solutions aux studios, mais à l’époque la réalité virtuelle n’existait pas encore, et nous avions dû créer nos propres outils pour répondre à cette demande.

Impertinents que nous sommes, nous n’avons pas attendu l’avènement de la réalité virtuelle pour en faire. Et nous avons pris plaisir à expérimenter le format 360 degrés dans nos productions. Nous avons testé beaucoup de choses en matière de mise en scène, et nous en avons appris beaucoup d’autres aussi.

Placement de l’action, construction de la narration dans un format ouvert, gestion des plans, position et déplacement de la caméra, tout cela nous le testons depuis notre premier film pour planétarium La Course à la Terre.

Au fil de nos réalisations, nous avons perfectionné nos méthodes. L’une d’elle consiste d’ailleurs à prévisualiser nos films immersifs sous un casque Oculus, meilleur moyen pour nous de tester nos choix de mise en scène.

Sans le savoir, nous expérimentions déjà sur la réalité virtuelle. Car qu’est-elle au fond sinon un mini planétarium ? On peut même dire que le casque VR est au planétarium ce que la télévision est à la salle de cinéma, une version individuelle d’une expérience longtemps éprouvée en public.

Mais notre savoir-faire ne s’arrête pas à l’immersif et à la réalité virtuelle.

Films immersifs, mais aussi films de vulgarisation scientifique

Nous le disions aussi en introduction, nos réalisations témoignent de notre facette scientifique, puisqu’elles déroulent chacune à leur manière du contenu pédagogique (plus ou moins pointu selon les films).

Si nos productions nous ont entraînés vers des sujets variés (marketing, retail, médical, industrie, immobilier), ce sont surtout les questions astrophysiques et environnementales qui ont le plus sollicité notre esprit scientifique.

Car pour mettre en scène ces sujets, il faut d’abord s’y investir complètement et plonger tout entier dans des questions pointues (de quoi forger une vraie culture générale). Ensuite, il faut être capable de traiter des données fournies par les professionnels.

Très tôt nos productions nous ont menés à manipuler des données scientifiques pour en faire des films ou des applications grand public.

Pour les planétariums, nous avons représenté des corps cosmiques divers sous l’œil avisé des cosmologues et des planétaristes (étoiles, planètes, nébuleuses, galaxies). De même auprès des institutions nous avons réalisé des films et des applications sur des questions très variées qui exigeaient de travailler main dans la main avec les spécialistes.

Toutes ces réalisations impliquaient d’introduire des informations directement issues de simulations ou de relevés. Dans chacune d’elles, non seulement la rigueur scientifique était de mise, mais les documents à partir desquels nous travaillions étaient des données propres à leur domaine que nous avions à comprendre et à traiter. Des données qu’il fallait pouvoir lire, intégrer, et transformer sans toucher aux informations qu’elles renfermaient.

C’est donc un savoir-faire qui va au-delà du métier d’infographiste, d’animateur et de réalisateur. C’est une sorte de petite supplément propre à 3D émotion, un côté geek et une curiosité naturelle que partage toute l’équipe.

Aujourd’hui, ce savoir-faire est devenu un service que nous mettons en avant sur notre site sous le nom de visualisation scientifique.